logo btp cfa44

banniere jpo 19 4

L'incroyable cursus de Maxime, apprenti BP Couvreur

PORTRAIT D’UN APPRENTI EN 2° ANNÉE DE BP COUVERTURE, MAXIME FISCHBACH :
Rencontre avec Maxime, 24 ans – couvreur et charpentier, un professionnel du bâtiment épanoui, compétent et fier de son métier.

Retour sur un cursus exemplaire pendant lequel Maxime est monté en compétences progressivement tout au long de ses 8 années de formation en apprentissage aux métiers de la charpente et de la couverture.
- CAP Charpentier Bois en 2 ans
- CAP Connexe Constructeur Ossature Bois en 1 an
- BP Charpentier en 2 ans
- CAP Couvreur en 1 an
- BP Couvreur en 2 ans

Un cursus pour tirer définitivement un trait sur les idées reçues qui associent formations professionnelles à formations « courtes » !

UN PEU D’HISTOIRE :
Maxime découvre son intérêt pour les métiers du bâtiment en bricolant chez lui mais surtout en participant à des stages de découverte de 5 jours avec 10 corps de métiers différents. Il était alors en BAC PRO Commerce, un peu par erreur... « Pour faire plaisir le dit-il et pour faire un BAC…comme tout le monde… » C’était rassurant pour sa famille. Il est rapidement attiré par les métiers du bois mais préfère le gros-oeuvre à la finition et opte donc pour la charpente puis la couverture.

Son idée, c’est de créer sa propre entreprise de charpente/couverture à moyen terme.
En attendant il est salarié, apprenti dans une entreprise de couverture à Avessac « FEVRIER XAVIER » et il compte bien rester auprès de son patron, en remerciement de la formation qu’il lui a donnée. Maxime a choisi son métier de couvreur pour de multiples raisons, Il adore le travail manuel et aime la hauteur ! « On se sent coupé du monde et au-dessus de tout » et surtout Maxime est fier de se dire qu’il fait quelque chose que les autres ne font pas ! Monter sur les toits à quelque chose d’héroïque ;-)

Il faisait beaucoup de rugby au collège/lycée et le côté physique du métier de couvreur lui plaît, c’est indispensable pour Maxime qui a besoin de cet entretien physique sportif au quotidien. Il parle aussi bien volontiers de ce jeu qui consiste à se jeter les ardoises entre couvreurs pour les amener sur le toit et qui lui rappelle des souvenirs d’enfance quand il voyait d’en bas, dans son village des couvreurs en pleine action.Travailler en extérieur était une évidence pour Maxime qui n’a rencontré aucune difficulté sur ce point« Pour moi, c’était comme au rugby – aucun problème ! »

Ce que Maxime apprécie également dans son métier est sa grande autonomie sur les chantiers et le travail en petite équipe. Il lui permet de se concentrer sur toute la réflexion nécessaire à la pratique de son métier : « J’utilise une variété de matériaux, je dois tenir compte de nombreuses contraintes techniques et je m’appuie sur toutes les compétences et savoir-faire acquis au CFA, c’est passionnant. La relation à la matière est importante car, par exemple, l’ardoise « parle » dès qu’on la sort du paquet, sa sonorité nous indique sa qualité, si elle a des défauts… ». Il faut être concentré et 100% dans sa pratique. Au CFA, ce jeune homme fait l’unanimité auprès des formateurs, sérieux, bon état d’esprit, résultats, tout y est !

UNE DERNIÈRE QUESTION À MAXIME : LE CHANTIER DE TES RÊVES ? :
« La rénovation d’un vieux manoir proche de l’entreprise ! Car j’imagine un chantier de petite taille pour garder les sensations de liberté et d’autonomie et un chantier très technique : des lucarnes en ardoises, des noues, des arêtiers, des tourelles et jeux d’accès avec des terrassons en zinc ! » Tout en étant en formation et apprenti, Maxime a fondé une famille, il est fier de son petit garçon Mathias – de 2 mois et de sa fille de 3 ans, Inaya. Nous lui souhaitons une belle réussite à son examen de Brevet Professionnel Couvreur, les épreuves débutent en effet dès le 23/05 prochain.

portrait maxime f 2 portrait maxime f 1